textes
accueilshapeimage_7_link_0
les hôtesshapeimage_8_link_0
accueil de groupesshapeimage_9_link_0shapeimage_9_link_1
les séjours individuelsshapeimage_10_link_0shapeimage_10_link_1
la maison
l’environnement
la salle de stage (dite des Quatre)
la salle de séjour
la bibliothèque
la salle de silence
l’atelier
la cuisine
les chambres
le studiola_maison.htmllenvironnement.htmlsalle_de_stage_%28dite_des_Quatre%29.htmlsalle_de_stage_%28dite_des_Quatre%29.htmlsalle_de_sejour.htmlbibliotheque.htmlsalle_de_silence.htmlatelier.htmlcuisine.htmlchambres.htmlle_studio.htmlshapeimage_11_link_0shapeimage_11_link_1shapeimage_11_link_2shapeimage_11_link_3shapeimage_11_link_4shapeimage_11_link_5shapeimage_11_link_6shapeimage_11_link_7shapeimage_11_link_8shapeimage_11_link_9shapeimage_11_link_10
activités prévuesshapeimage_12_link_0shapeimage_12_link_1
les hôtesles_hotes.htmlshapeimage_13_link_0
accueil de groupesaccueil_de_groupes.htmlaccueil_de_groupes.htmlshapeimage_14_link_0shapeimage_14_link_1
nous contacternous_contacter.htmlshapeimage_15_link_0
les séjours individuelssejours_individuels.htmlsejours_individuels.htmlshapeimage_16_link_0shapeimage_16_link_1
activités prévuesactivites_prevues.htmlactivites_prevues.htmlshapeimage_17_link_0shapeimage_17_link_1
liensliens.htmlshapeimage_18_link_0
textestextes_masques.htmlshapeimage_19_link_0
textes
l’Atelier-Jeu
du NouslAtelier-Jeu_du_Nous.htmllAtelier-Jeu_du_Nous.htmlshapeimage_21_link_0shapeimage_21_link_1

séjours individuels, accueil de groupes, formation...

venir  au Creusetvenir_au_Creuset.htmlvenir_au_Creuset.htmlshapeimage_23_link_0shapeimage_23_link_1

La souffrance, pourquoi ?

Intervention de Pierre Janin au Forum du GRETT
le 25 mars 2012

Introduction

J’ai entendu ici depuis avant-hier beaucoup de témoignages d’épisodes de vie difficiles, allant de désorientations ou de remises en question plus ou moins graves à des souffrances extrêmes, en apparence insurmontables, les unes et les autres ayant pourtant eu des suites fructueuses qui m’ont beaucoup impressionné : ouverture de l’esprit et du cœur, consentement apaisé à ce qui est ou a été, accueil du lien à «plus grand que soi», élargissement du moi pour atteindre le Je qui, dans le vocabulaire de Michel Cazenave, est un Je de contact avec l’universel. Si je devais nommer tous ces témoins je ne ferais, tout compte fait, que reprendre la liste des intervenants. Dans mes mots à moi, qui suis intimement concerné par ce que j’appelle l’artisanat du lien vivant (c’est le titre de mon livre), chacune de ces personnes a réussi à créer un lien vivant - avec elle-même, avec les événements qui l’ont concernée, avec d’autres personnes, avec l’Univers - à partir de liens difficiles, douloureux, toxiques ou destructeurs.

Ingo Jahrsetz a été une exception, en ce sens qu’il a souligné à quel point la Shoah, la solution finale des Nazis pour les Juifs, qu’il a résumée sous le nom d’Auschwitz, a laissé des traces lourdes, et encore aujourd’hui sournoisement actives, dans la conscience allemande et plus largement selon lui dans toute la conscience occidentale.

Globalement en somme, la question « la souffrance, pourquoi ? » me semble avoir été beaucoup moins abordée que celle qui à mon sens vient  juste après : la souffrance, quelles suites ? – fertiles et vivantes, ou stériles et mortifères. Je vais pour ma part tenter de mettre au premier plan la question « la souffrance, pourquoi ?» telle qu’elle se pose dans l’immédiat quand on a mal, avant même qu’il y ait une suite, donc avant qu’on puisse savoir si les suites vont être fertiles ou mortifères. Je me situerai en somme dans l’ici-et-maintenant de l’accident, de la maladie, du deuil, de la séparation, de la trahison, de l’injustice, de la catastrophe… Je souffre, mais pourquoi ? La question est ouverte.

Je commencerai par une histoire qui précisément, laisse une question ouverte, déroutante même comme vous allez le voir. Un étranger visite l’Irlande. Ayant perdu son chemin dans la campagne, il s’adresse à un paysan.

– Bonjour ! S’il vous plaît, pourriez-vous m’indiquer comment je peux faire pour aller d’ici à Dublin ?

Le paysan examine d’abord l’étranger en silence, puis il répond pensivement :

– Dublin est une ville vraiment belle. Mais à votre place, si j’étais vous… pour aller à Dublin ce n’est pas d’ici que je partirais.

        Je ne vais pas vous dire maintenant quel rapprochement je fais entre cette histoire et la question la souffrance, pourquoi ?, mais j’y reviendrai en terminant ; et peut-être aurez-vous vu venir ou pressenti ce rapprochement au fur et à mesure des réflexions qui vont suivre.

  > Etre un artisan du Noustextes_AdN_devel..htmlshapeimage_24_link_0
  >  Le collectif dans les années à venirtextes_Collectif_devel..htmlshapeimage_25_link_0
  >  La malveillance, une histoire de manquetexte_Malveillance_devel..htmlshapeimage_26_link_0

autres textes de Pierre Janin

Pierre Janin formateurPierre_Janin_formateur.htmlPierre_Janin_formateur.htmlshapeimage_27_link_0shapeimage_27_link_1
le Creuset de Meymans éditeurle_Creuset_de_Meymans_editeur.htmlle_Creuset_de_Meymans_editeur.htmlshapeimage_28_link_0shapeimage_28_link_1
Journées de rencontres & partageRencontres_et_partage.htmlRencontres_et_partage.htmlshapeimage_29_link_0shapeimage_29_link_1
OzlavieOzlavie.htmlshapeimage_30_link_0